Votre navigateur est trop ancien pour lire le JavaScript, merci de passer sur une version à jour
logo-eesc-cci-formation
logo-eesc-cci-formation

La nuit de l’Orientation et des métiers : une Nuit pour réussir son orientation

Filières professionnelles, CV, test d’orientation… La Nuit de l’Orientation a permis à des jeunes et des adultes en reconversion de récolter de précieux conseils, le 25 janvier dernier au Zénith de Nancy.

De quoi l’avenir sera-t-il fait ? Tous se posaient la question en poussant les portes du Zénith de Nancy, ce samedi 25 janvier dès 16 h 30. Ils avaient jusqu’à 21 h 30 pour trouver des éléments de réponses auprès des innombrables professionnels, représentant une entreprise, une école ou un institut de formation et ayant répondu à l’appel de la Chambre de Commerce et de l’Industrie. La chambre consulaire, aux manettes de l’événement via son EESC (établissement d’enseignement supérieur consulaire) a ainsi permis, autour de ses partenaires du monde économique, aux visiteurs de piocher de précieuses informations. Et les clés d’une orientation réussie !

Bien se connaître

À ceux qui doutent et ne savent pas vraiment vers quel domaine se diriger, la CCI proposait de réaliser le test d’orientation « Parcouréo ». Un test en ligne gratuit, nécessitant une petite demi-heure, « qui donne accès, en fonction des préférences indiquées au fil du questionnaire, à des fiches nationales de formation, voire à un devis pour une formation », détaillait ce conseiller CCI, précisant que le profil créé restait actif six mois, permettant de faire évoluer ses souhaits.

Autre outil d’évaluation disponible dans le hall du Zénith : le test « oscarcel.com » pour jauger ses compétences en langues vivantes. Anglais, Allemand, Italien, Espagnol, etc : le résultat est connu dans la foulée avec, là encore, des propositions de formation en langues étrangères.

Trouver la bonne filière

De l’industrie au social, de la santé au commerce, du transport à la gestion ou à l’agriculture : une vingtaine  de filières professionnelles se sont dévoilées au public, présentant les métiers qui recrutent et leurs conditions d’accès. Exemple dans le domaine de la logistique et du transport, avec l’organisme de formation AFTRAL de Jarville. « Le secteur du transport logistique et de personnes, offre 50 000 postes dans toute la France », résumait la responsable, soulignant que « 75 % des diplômés en formation initiale trouvent un emploi dans les trois mois. »

Au rayon santé, on recrute également. « On nous interroge sur le prochain concours, mais en raison d’une réforme en cours, nous n’avons pas tous les éléments », déploraient toutefois Blandine et Anne, infirmières formatrices à Sant’Est Ifas, qui forme les aides- soignants.

Quand les professionnels répondent aux interrogations

En plein questionnement quant à leur avenir, les jeunes bien souvent accompagnés par leurs parents, pouvaient trouver réponses à leurs questions (du moins en partie) auprès des professionnels présents à cette Nuit de l’Orientation, et représentant une centaine d’entreprises ou structures de formation. Au fil des stands, en face-à-face, les questions ont fusé.

Après s’être inquiétée du contenu du BTS Immobilier, entre le tronc commun et la partie de négociation commerciale, Céline, actuellement en filière gestion/compta mais titillée par des envies de reconversion, se demande si elle doit vraiment intégrer cette voie. « L’immobilier un domaine difficile, il faut être très patient et aller chercher les mandats, mais c’est passionnant car vous rencontrez du monde, et vous portez le projet d’une vie pour vos clients », souligne cette ancienne prof de marketing et management, reconvertie suite à une formation en expertise immobilière.

 Savoir se vendre

Incontournables, le CV et la lettre de motivation ! Sur le stand dédié, Sonia Barthelemy, collaboratrice du service pédagogique, prodiguait ses conseils en matière de candidature. « Des études récentes ont montré que les recruteurs prêtent surtout attention aux compétences, c’est donc ces dernières qu’il faut mettre en avant sur un CV. Puis on suit la trame classique, en listant ses expériences et ses qualités personnelles. » Curriculum qui doit évidemment tenir sur une feuille, où l’on doit retrouver l’intitulé du poste visé, et qui ne doit «pas être redondant avec la lettre de motivation. »

Extrait de l’article de Stéphanie CHEFFER – l’Est Républicain Lire l’intégralité du Supplément Numérique de l’Est Républicain du 27/01/2020